La réponse de la maison blanche au "formally acknowledge an extraterrestrial presence engaging the human race"

Voici la réponse de la Maison blanche à la demande d’éclaircissement sur le phénomène ET (plus de 12000 signatures), vous trouverez en dessous une traduction du texte pour les non anglophones :

"Official White House Response to formally acknowledge an extraterrestrial presence engaging the human race – Disclosure.

Searching for ET, But No Evidence Yet

By Phil Larson

Thank you for signing the petition asking the Obama Administration to acknowledge an extraterrestrial presence here on Earth.

The U.S. government has no evidence that any life exists outside our planet, or that an extraterrestrial presence has contacted or engaged any member of the human race. In addition, there is no credible information to suggest that any evidence is being hidden from the public’s eye.

However, that doesn’t mean the subject of life outside our planet isn’t being discussed or explored. In fact, there are a number of projects working toward the goal of understanding if life can or does exist off Earth. Here are a few examples:

•             SETI—the Search for ExtraTerrestrial Intelligence—was originally stood up with help from NASA, but has since been moved to other sources of private funding. SETI’s main purpose is to act as a giant ear on behalf of the human race, pointing an array of ground-based telescopes towards space to listen for any signal from another world.

•             Kepler is a NASA spacecraft in orbit that’s main goal is to search for Earth-like planets. Such a planet would be located in the "Goldilocks" zone of a distant solar system—not too hot and not too cold—and could potentially be habitable by life as we know it. The Kepler mission is specifically designed to survey our region of the Milky Way galaxy to discover Earth-sized, rocky planets in or near the habitable zone of the star (sun) they orbit.

•             The Mars Science Laboratory, Curiosity, is an automobile-sized rover that NASA is launching soon. The rover’s onboard laboratory will study rocks, soils, and other geology in an effort to detect the chemical building blocks of life (e.g., forms of carbon) on Mars and will assess what the Martian environment was like in the past to see if it could have harbored life.

A last point: Many scientists and mathematicians have looked with a statistical mindset at the question of whether life likely exists beyond Earth and have come to the conclusion that the odds are pretty high that somewhere among the trillions and trillions of stars in the universe there is a planet other than ours that is home to life.

Many have also noted, however, that the odds of us making contact with any of them—especially any intelligent ones—are extremely small, given the distances involved.

But that’s all statistics and speculation. The fact is we have no credible evidence of extraterrestrial presence here on Earth.

Phil Larson works on space policy and communications at the White House Office of Science & Technology Policy"

 

 

"Réponse officielle de la Maison Blanche à la reconnaissance formelle d’une presence extraterrestre engageant le genre humain. – Révélation.

A la recherche d’ET, mais pour l’instant aucune preuve

Par Phil Larson

Merci d’avoir signé la pétition demandant à l’administration Obama de reconnaitre une présence extraterrestre ici sur terre.

Le gouvernement des E.U. n’a aucune preuve qu’une vie existe hors de notre planète, ou qu’une présence extraterrestre a contacté ou engage aucun membre de la race humaine. De plus il n’y a aucune information crédible qui suggérerait que des preuves ont été cachées aux yeux du publique.

Cependant, cela ne signifie pas que le sujet de la vie hors de notre planète n’est pas discuté ou exploré. En fait, il y a de nombreux projets travaillant à comprendre si la vie puisse ou doive exister hors de notre monde. Voici quelques exemples :

•             SETI—the Search for ExtraTerrestrial Intelligence— été à l’origine tenu par la NASA, mais depuis a été déplacé vers d’autre sources de financement privées. Le but du SETI est d’agir comme une Oreille géante sous la défense de la race humaine pointant un grand nombre de télescopes terrestres pour écouter tout signal d’un autre monde.

•             Kepler est un vaisseau de la NASA en orbite dont le but principal est de recherché des planètes similaires à la Terre. Une telle planète se situe dans la zone habitable circumstellaire d’un système solaire lointain – ni trop chaud, ni trop froid – et qui pourrait être potentiellement habitable par de la vie telle que nous la connaissons. La mission Kepler est spécifiquement conçue pour examiner notre région de la Voie Lactée pour découvrir des planètes de même taille que la terre, des rocheuses dans ou à la périphérie de la zone habitable proche d’une étoile (soleil) autour duquel elle orbiterait.

•             Le Laboratoire scientifique de Mars, curiosité, est un robot de la taille d’une voiture que la NASA devrait bientôt lancer. Ce robot ayant un laboratoire embarqué étudiera les roches, les sols et d’autres aspect géologiques pour détecter les composantes chimiques de vie (p.e., des formes de carbone) sur Mars et évaluera ce que l’environnement Martien pouvait être dans le passé pour voir si il a pu  héberger la vie.

Un dernier point : Beaucoup de scientifiques et de mathématiciens ont regardé avec une mentalité statisticienne si la vie pouvait exister ailleurs que sur terre et sont arrives à la conclusion que les chances sont assez fortes pour que quelque part dans les milliards de milliard d’étoiles dans l’univers il y ait une planète autre que la notre qui serait porteuse de vie.

Beaucoup ont également noté, ce pendant que les chances que nous prenions contact avec l’une d’entre elles – surtout une vie intelligente – sont très faibles, en raison des distances impliquées.

Mais tout ceci n’est que statistique et spéculation. Le fait est que nous n’avons pas de preuves crédibles d’une présence extraterrestre ici sur terre.

Phil Larson travaille sur la politique spatiale et la communication au bureau politique des sciences & technologies à la Maison Blanche."

(Texte traduit par mes soins.)

En conclusion on apprend rien de rien et c’est de la langue de bois d’après moi. On est pas près de voir le gouvernement révéler quoi que ce soit puisque de toute manière il y a une totale ingérence au sein des institutions concérnées par le phénomène ET comme l’USAF, la NSA, … qui ne révèlent rien à la Maison Blanche en raison d’un besoin de déni crédible au cas ou il y aurait trop de pression de la part des citoyens.

Les grands secrets de la plaine de Guizèh

Vue aérienne de la Plaine de GuizèhDepuis maintenant des générations on nous inculque sur les bancs d’école que l’Empire égyptien est né, comme ça, du jour au lendemain : un peuple est sorti de nulle part et a bâtit toute une civilisation qui perdura pendant plus de 4000 ans… Dur à croire tout de même. D’ailleurs il y a peu, de nouvelles découvertes ont obligé les archéologues à admettent une dynastie plus ancienne que la 1ère dynastie. Ils l’ont appelé la dynastie 0 (je dois dire que je rigole). Ils ont reconnu que l’origine de ce peuple remonte à 500 ans de plus que ce que nous avions cru.

Le Sphinx Majestueux garde encore les Mystères de l'Egypte AntiqueDepuis des décennies des chercheurs plus ou moins indépendants, plus ou moins reconnu par leurs pairs crient que la civilisation égyptienne est bien plus vieille que ce que l’on peut lire dans les livres officiels. En effet, certaines recherches tendent à prouver que le Sphinx aurait plus de 12.000 ans. Des traces d’érosion, dues à de fortes pluies, ont pu être identifiées. Or cela fait justement 12.000 ans qu’il n’y a pas eu ce genre de pluie sur l’Egypte. Peut-être que d’ici à 50 ans les archéologues reconnaitront l’existence d’une dynastie -1 (LOL).

Vous trouvez cela étrange ? Et bien attendez la suite.

Cela fait maintenant quelques années qu’un mur de béton et de fer a été construit autour du site de Guizèh rendant l’accès très difficile au site. Les forces de l’ordre ont été renforcées autour du site. Il semblerait également qu’il ne soit pas conseillé de se promener autour de ce mur si l’on ne veut pas avoir à s’expliquer avec la police ou l’armée locale. Pourquoi la construction de ce mur ? La raison officielle est qu’il y a des risques d’effondrement de certaines galeries et site enfouies sous le sable.

encore un mur ; nos dirigeant n'ont-ils pas compris que les murs un jour ou l'autre tombent

La version du complot est toute autre : si ce mur a été construit c’est soit pour empêcher d’entrer soit de sortir ou encore pour dissimuler des fouilles aux yeux du public…

Mais un mur a été construit ! Financé par les USA (qui cela pourrait étonner ?) et érigé sous l’œil de M. Zahi Hawass, ministre des Antiquités, un poste ministériel nouvellement créé pour lui, par Hosni Moubarak en janvier 2011. Pourtant, il démissionne le 3 mars 2011, puis est reconduit, le 30 mars, dans les mêmes fonctions dans le nouveau gouvernement présidé par le Premier ministre Essam Sharaf. Il démissionne encore le 17 juillet après que le Premier ministre Sharaf l’ait informé qu’il ne serait pas reconduit dans ses fonctions. Il est remplacé le 22 août 2011 à la tête du Conseil Suprême des Antiquités Egyptiennes par Mohamed Abdel Fattah. M. Zahi Hawass devrait très prochainement réintégrer ses fonctions au sein du gouvernement.

Très critiqué pour sa relation étroite avec le clan Moubarak, une enquête est par ailleurs en cours contre lui sur des allégations de corruption. En Occident, Hawass a été accusé de comportement autoritaire incluant l’interdiction faite aux archéologues d’annoncer leurs propres découvertes ; on l’accuse ainsi de courtiser les médias pour son propre compte, après leur avoir interdit l’accès aux sites archéologiques sous prétexte d’amateurisme. Plusieurs égyptologues, ont au contraire déclaré lors d’interviews que la plupart des travaux du docteur Hawass étaient dépassés depuis longtemps. Hawass a délibérément ignoré ou méprisé ces critiques. Interrogé à ce sujet, il déclare que ce qu’il fait, il le fait « dans l’intérêt de l’Égypte et pour la sauvegarde de ses antiquités ».Robot d'exploration de la Grande Pyramide D’aucun diront qu’il est à la solde des américains.

Il semble, de plus, négliger et retarder certaines études récentes sur la "pyramide de Khéops comme l’annonce et la vérification des découvertes qui sont en passe de se faire par l’équipe française de l’architecte Jean-Pierre Houdin et Dassault Systèmes.

Tout ceci amène une seule question qu’y a-t-il a cacher sur le plateau de Guizèh ?

Depuis les années 50 jusqu’aux années 80, le KGB soutenait un projet appelé Isis. Pour ceux qui ne savent pas le projet Isis est né de la volonté de la Russie de trouver des moyens simples et peu couteux de surpasser les USA sur le plan militaire. De la naquit l’idée que les Egyptiens avaient probablement des choses à nous apprendre.

Stelle blocant l'accès à l'un des conduits dits d'aération de la Chambre du Roi

Après des mois de recherche le KGB est tombé sur un tombeau (évidement nous ne savons ni ou ni quand exactement). Ce tombeau est connu dans la mythologie égyptienne comme la Tombe du Visiteur. Ils y auraient trouvé le cadavre momifié d’un visiteur de l’espace. « Celui qui marche avec les Dieux mais qui n’est pas un Dieu ». Et sous son tombeau à quelques dizaines de mètres sous terre une grande cavité ovoïde où ils auraient trouvé La Chambre de la Connaissance.

Ce qui est très surprenant c’est que le KGB ne soit jamais allé plus loin. Pourtant avec tous ces fous qui nous dirigent ce savoir ancestral devait attiser toutes les convoitises. Au contraire tout fut stoppé. Ont-ils eu peur de ce que pouvait leur réserver la connaissance détenu dans cette bibliothèque ? Etait-ce la peur d’une sorte de cheval de Troyes au milieu des terres ? Nul ne le sais et les preuves, les dossiers ont étaient dispersés aux quartes vents.

Le corps du VisiteurMais qui se cache au milieu de cette peinture ?

Mais le mystère du projet Isis ne s’arrête malgré tout pas là. En 1985, la disparition d’un groupe de touristes russes fait quelques lignes dans les journaux locaux. Personne ne les a jamais retrouvés. Une vidéo circule sur le net montrant ce groupe de touristes dans un endroit paumé au milieu du désert égyptien. (Voir la vidéo). Ce qu’il y a de surprenant également c’est que tous ces touristes avait un point commun : ils avaient eu vent de près ou de loin du projet Isis et avaient tous des profils universitaires dans les nouvelles technologies en particulier l’étude des ondes. L’histoire veut qu’ils soient partis à bord d’un vaisseau des visiteurs.

Il y aurait donc eu un contact important temporel et culturel il y a plus de 10.000 ans entre notre espèce et des êtres venu d’ailleurs. Cela donne toute sa pertinence à mes cours au collège. En effet la civilisation antique égyptienne est apparue comme ça du jour au lendemain. Ils ont vu la lumière que leur ont apportée les visiteurs.

Les grands architectes de la Grande Pyramide et du site de Guizèh en général ne serait donc pas humains, ni divins mais simplement des voisins plus avancés technologiquement que nous.

Corps momifié du Visiteur"Dans une déclaration choc, le chef du Département Archéologique de l’Université du Caire, le Dr Ala Shaheen a dit à un auditoire qu’il pourrait y avoir une théorie selon laquelle les extraterrestres ont aidé les anciens Égyptiens à construire les plus anciennes pyramides d’Égypte, comme celle de Guizèh.

Interrogé par M. Marek Novak, un délégué de la Pologne lui a posé la question est ce que la pyramide pourrait contenir de la technologie extraterrestre, ou même un OVNI, le Dr Shaheen, est resté vague et a répondu « Je ne peux pas confirmer ou nier, mais il y a quelque chose à l’intérieur de la pyramide qui « n’est pas de ce monde ».

Les délégués à la conférence sur l’architecture égyptienne antique ont été choqués, mais le Dr Shaheen a refusé de commenter ou d’apporter des précisions sur ses déclarations concernant l’ovni ou les extraterrestre." (Michael Cohen)

Maintenant que nous savons qui a construit la civilisation égyptienne ainsi que le site de Guizèh une grande question demeure quel a été/est le but de telles constructions ? La théorie du tombeau est clairement à mettre aux oubliettes : Quel alien serait assez mégalo pour se faire construire un tel site funéraire ? Les tombes que l’ont retrouve autour du site de Guizèh montrent (c’est mon opinion) l’importance de la mort, ou de la renaissance que ce lieu symbolisait au descendants des premiers Egyptiens. Une légende veut que le Visiteur soit mort et ressuscité par l’amour de ses sœurs et que ce « miracle » aurait été attribué aux deux sœurs d’Osiris premier pharaon d’Egypte… On retouve ici, toujours selon mon point de vue, une volonté de mimétisme entre les humains et les Visiteurs. Comme pendant la seconde guerre mondiale lorsque les Américains sont arrivés sur une île pour en faire un aérodrome les autochtones se sont mis après le départ des soldats, à recréer des pistes d’atterrissage ainsi que des avions de bois dans l’espoir de voir revenir ces "Dieux volants".

Image 3D du crâne du Visiteur

 

Pour en revenir à nos moutons, on pourrait voir une analogie entre le Visiteur et Osiris. Il ne serait qu’un. Capable de mouler la pierre le Visiteur / Osiris aurait permis l’édification du plus gros bâtiment jamais construit par l’homme en un temps record et sans trop de main d’œuvre pour mener à bout un tel chantier. Ceci expliquerait que nous n’ayons jamais retrouvé de déchet de pierre autour du site ou près de carrière d’où aurait pu être extraite la pierre ayant servi à l’édification du site.

J’adore l’idée de prendre de la poussière de roche, on mélange avec de l’eau on ajoute le contenu du sachet on verse le tout dans un moule et hop une pierre ! Cela semble être de la science fiction (ou un gâteau Herta) et pourtant…

L’article « Were the casing stones of Senefru’s Bent Pyramid in Dahshour cast or carved? Multinuclear NMR evidence » (Les pierres de revêtement de la Pyramide Rhomboïdale à Dahshour sont-elles agglomérées ou taillées? Évidence par l’analyse RMN multinucléaire), publié récemment dans Materials Letters 65 (2011) 350–352, par une équipe internationale composée de: Kenneth J.D. MacKenzie (MacDiarmid Institute for Advanced Materials and Nanotechnology, Victoria University of Wellington, New Zealand), Mark E. Smith, Alan Wong, John V. Hanna (Department of Physics, University of Warwick, Coventry, CV4 7Al, UK), Bernard Barry (Institute of Geological and Nuclear Sciences, Lower Hutt, New Zealand) et Michel W. Barsoum (Department of Materials Science and Engineering, Drexel University, Philadelphia, PA 19104, USA).

En résumé: « On a comparé les spectres de résonnance RMN 29Si, 27Al et 43Ca d’une pierre de revêtement extérieur de la Pyramide Rhomboïdale à Dahshour, Égypte, avec deux carrières de pierre calcaire de la région. Les résultats de la RMN suggèrent que les pierres des revêtements sont constituées par des grains de calcaire provenant des carrières de Tura, cimentés par un gel amorphe de silicate de calcium artificiellement fabriqué par l’homme, peut-être par addition de silice, comme la terre de diatomée originaire du Fayoum. »

soldat russe ouvrant la tombe du VisiteurNos « amis » du KGB ne s’étaient donc pas trompés en supposant que le peuple de l’Ancienne Egypte avait beaucoup de chose à nous apprendre.

Mais au-delà de ça c’est la structure même du site qui choque : Prenons de la hauteur. Lorsque l’on regarde sur Google Earth on peut se rendre compte de l’importance ou est situé le plateau de Guizèh. Il est à ce que l’on appelle le point d’équilibre, c’est-à-dire si l’on mettait à plat toutes les terres de la Terres c’est à Guizèh que l’ensemble pourrait tenir en équilibre sur une pointe. C’est en quelque sorte le centre des terres.

Rapprochons nous, plus près. L’agencement des différents monuments du site n’est pas fortuit. Des scientifique ont découvert une corrélation entre le site et la conjoncture des étoiles dans le ciel de l’Egypte il y a 12.000 ans (Tiens encore cette période). Le site de Guizèh est une « photo » d’Orion qui devrait marquer une date importante dans l’histoire de l’humanité. L’arrivée du visiteur ?

Rapprochons nous encore. Regardons les proportions de la Grande Pyramide (qui je tiens à le souligner n’a jamais abrité la Tombe de Khéops). La hauteur et le périmètre de la pyramide sont équivalents et proportionnels au rayon et au diamètre de la terre. Je trouve ça très fort quand je vois que nous avons pendu, il n’y a pas si longtemps que ça, un homme qui a démontré que la Terre est ronde. La pyramide est tournée vers les points cardinaux avec une grande précision qui ne peut-être apparenté au hasard. (Une petite question : comment un peuple ne pouvait pas connaitre la roue mais avoir une notion de périmètre et de rayon ? Les hommes de sciences nous prennent trop souvent pour des billes. Peut-être que le peuple Egyptien n’avait pas la roue car ils n’en avaient pas besoin et donc qu’ils avaient d’autres moyens. A nous de les découvrir.) A souligné également que la coudée éAndrew Collinsgyptienne est plus précise et plus proche que le mêtre pour calculer les mesures de notre Planète.

Une théorie très intéressante compare la Pyramide à un prisme. Elle en a les attributs. Ce prisme ne jouerait pas sur la lumière mais sur les ondes magnétiques de la Terre. Je développerai un post spécifique au sujet des ondes telluriques et de l’impact des Pyramides sur les courants telluriques à travers le monde.

En tout état de cause, le site de Guizèh n’a pas révélé tous ses secrets. De grands philosophes grecques ont également commenté cette splendide civilisation. Certains ont même été initié à l’Ecole des Mystères et ont rapporté qu’il y a sous tout le site de Guizèh un nombre incalculable de salles et de couloirs ; que tous les bâtiments sont reliés les uns aux autres dans un vaste complexe dédié aux Mystères.

La découvertes de grottes sous le complexe de Guizèh est depuis 2008 officielle et revendiquée par l’archéologue Andrew Collins.

Les Écoles de Mystères de l’ancienne Égypte comme leur nom l’indique, regroupaient des mystiques éclairés qui se réunissaient régulièrement pour étudier les mystères de l’existence. Avides de savoir et de connaissance, ces mystiques aspiraient à une meilleure compréhension des lois naturelles, universelles et spirituelles. En ce sens, le mot « mystère » dans l’Antiquité, c’est-à-dire au temps des anciennes civilisations égyptienne, grecque et romaine, n’avait pas la signification qu’on lui donne aujourd’hui. Autrement dit, il n’était pas synonyme d’« insolite » ou d’« étrange ». Il désignait plutôt une gnose, une sagesse secrète, connue uniquement des Initiés. En Égypte antique, l’une des premières Écoles de Mystères fut l’école osirienne. Ses enseignements portaient sur la vieOsiris, la mort et la résurrection du dieu Osiris. Les Écoles de Mystères ajoutèrent une dimension plus initiatique au savoir qu’elles transmettaient. Leurs travaux mystiques prirent un caractère plus fermé et se tinrent exclusivement dans les temples qui avaient été construits dans ce but. D’après les enseignements rosicruciens, les plus sacrés aux yeux des Initiés étaient les grandes pyramides de Guizèh. Ainsi, contrairement à ce qu’affirment la plupart des historiens, ces pyramides n’ont pas été construites pour servir de tombeau à quelque pharaon. Elles étaient à l’origine des lieux d’études et d’initiations mystiques. Les Initiés de l’ancienne Egypte résumèrent une partie de leur sagesse sur les murs de leurs temples et sur de nombreux papyri. Une autre partie, non moins importante, fut secrètement transmise de bouche à oreille. Le célèbre égyptologue E. A. Wallis Budge, dans l’un de ses ouvrages, cite avec respect ces Écoles de Mystères. Il écrit à leur propos: « Un développement progressif a dû avoir lieu dans les Écoles de Mystères, et il semble que certaines d’entre elles étaient entièrement inconnues sous l’ancien règne. Il est impossible de douter que ces "Mystères" faisaient partie des rites égyptiens. On peut donc affirmer que l’Ordre élevé des Khéri-Hebs possédait une connaissance ésotérique et secrète que ses Maîtres gardaient jalousement. Chacun d’eux, si j’interprète bien l’évidence, possédait une gnose, une connaissance supérieure qui ne fut jamais confiée à l’écriture, et ils étaient ainsi à même d’accroître ou de réduire son champ d’action selon les circonstances. Il est par conséquent absurde de s’attendre à trouver sur les papyri égyptiens la description des secrets qui formaient la connaissance ésotérique des Khéri-Hebs ». D’Égypte, le mysticisme se répandit en Grèce, notamment parl’intermédiaire de Pythagore (572-492 av. J-C), puis dans la Rome antique, sous l’impulsion de Plotin (203-270).

Linteau representant des objets volants bien connus de nos joursUne autre question titillerait n’importe qui de sérieux : Comment faisaient les Egyptiens A vous de jugerpour s’éclairer dans les couloirs et les chambres des Pyramides ? Cette questions peut paraitre au premier abord un peu bébête on aurait tendance à dire : "ben avec des torches ou des lampes à huile". Mais cette théorie s’effondre dès que l’on a vu les pyramides de l’intérieure. Il n’y a aucune présence de suif sur les plafonds ! Donc il ne peut pas s’agir d’un éclairage par combustion. Une théorie voudrait que les Egyptiens maîtrisaient l’électricité. A Bagdad une pile datant d’il y a plus de 5000 ans a bien été retrouvée. Ne voyez pas une pile AA d’un volt cinq mais une jarre contenant les mêmes principes actifs qu’une pile à l’acide.

Bulbe lumineux

Certain diront que la pyramide est une balise pour les ET, d’autres que c’est une centrale électrique, d’autres encore, une sorte de transpondeur ou encore un système d’atterrissage pour soucoupe volante. Les plus extrêmes pensent que la pyramide est un mécanisme qui donne la vie éternelle ou du moins permette certains « miracles » médicaux (dans le style de la série Stargate). D’après moi cela corroborerait la légende de la résurrection d’Osiris pratiquéePrincipe de la pile de Bagdad par ses deux sœurs. De plus le seul sarcophage retrouvé dans la pyramidePile de Bagdad était vide.

Tout cela amène à beaucoup de questions. Quels grands secrets nos gouvernements nous cachent-ils ? Quels grands mystères restent encore cachés aux yeux myopes des hommes ? Sauront-nous appréhender ces merveilles du passé pour en faire un mieux pour l’humanité ? Il y a toujours le choix : « choisir entre le bien et la facilité ». Mais ce grand peuple d’ancienne Egypte à disparu, malgré les connaissances apportées par le Visiteur.

En conclusion, l’oublie est un élément puissant de l’évolution humaine. « Il n’est de nouveau que ce qui a été oublié ». Il ne faut donc pas exclure que des sociétés antiques aient pu développer des connaissances qui dépassent de loin celles que nous possédons aujourd’hui et que les théories, que certains qualifient de farfelues, abordées plus haut ne soient que la partie visible de l’iceberg.

Pour finir je vous propose une serie de vidéos :

http://www.dailymotion.com/video/x3hrcn_la-pile-de-baghdad_tech

 

http://www.dailymotion.com/video/xdrxso_les-mysteres-de-la-grande-pyramide_tech?search_algo=2

 

 http://www.dailymotion.com/video/xds1og_les-mysteres-de-la-grande-pyramide_tech

http://www.dailymotion.com/video/xdsl1t_les-mysteres-de-la-grande-pyramide_tech

 

 

 

A bientôt pour de nouvelles questions qui méritent attention et réponses.

Sources :

http://pyramidales.over-blog.com/article-la-thermographie-infrarouge-revelera-t-elle-d-autres-secrets-de-la-grande-pyramide-69184542.html

http://etranges.revelations.free.fr/Le%20mystere%20des%20pyramides/le_mystere_des_pyramides.htm

http://www.planete-revelations.com/t1741-le-grand-mystere-des-pyramides-de-gizeh

http://aliensx.over-blog.com/article-pourquoi-un-mur-autour-des-pyramides-de-gizeh-72196809.html

http://sites.google.com/site/projectaliensresistance/les-mysteres-d-anciennes-civilisation-et-les-liens-aux-ovnis/17-pyramides-decouvertes-depuis-l-espace/un-mur-autour-des-pyramides-de-gizeh

http://area51blog.wordpress.com/2008/03/31/une-cite-enfouie-sous-le-plateau-de-gizeh/

http://www.sciencesetavenir.fr/archeo-paleo/20101223.OBS5223/egypte-3-000-ans-d-enigmes.html

« Je pose symboliquement ma main contre votre poitrine pour vous exprimer mon amitié. » (NABGAA 112 fille de DORIO34, extrait des Lettres Ummites)

Des soldats américains témoignent de leurs rencontres avec des ovnis sur CNN

Une vidéo très intéressante pour tous les ufologues et tous ceux qui espère voir un jour le voile levé sur le phénomène ovni. Ces témoignages font froid dans le dos car les phénomènes rapportés nous prouvent l’incapacité du gouvernement américain à y faire face.

Un grand merci à l’équipe de traduction du Projet Avalon de permettre aux non anglophones d’être informés sur de tels sujets.

« Je pose symboliquement ma main contre votre poitrine pour vous exprimer mon amitié. » (NABGAA 112 fille de DORIO34, extrait des Lettres Ummites)

Troublant

"Here's Roger. You know who I am ! Call me daddy and do the puppy."

Je viens de retourner sur la page de la Maison Blanche et je suis surpris de voir que le Diclosure Project « formally acknowledge an extraterrestrial presence engaging the human race » a disparu. Est-ce normal puisque le nombre de signature a été atteint? Ou sont-ils ennuyés que cette pétition ai aboutie ? Je me tiens informé au plus près sur cette affaire car c’est un des derniers recours que nous avons citoyens de la Terre pour faire entendre notre cri de détresse face à ces menteurs tricheurs et voleurs (CIA, NSA) qui jouent l’avenir de nos enfants, dans l’ombre, sans aucun remord.

Même si nous ne sommes pas Etasunien cela nous concerne tous.

« Je pose symboliquement ma main contre votre poitrine pour vous exprimer mon amitié. » (NABGAA 112 fille de DORIO34, extrait des Lettres Ummites)

La vérité sur la vie E.T. bientôt révélée ?

Encore une tentative pour obtenir des réponses de ces dissimulateurs dissimulés derrière des hommes de paille dont le plus connu est le Président des Etats-Unis d’Amérique.

Depuis le 22 septembre il se passe quelque chose qui devrait faire plaisir à toutes les personnes intéressées par les phénomènes ufologiques au sein de la Maison Blanche. Le « Extraterrestrial Phenomenon Political Action Committee » a déposé une demande de «Disclosure» sur les phénomènes OVNI « formally acknowledge an extraterrestrial presence engaging the human race. »

Obama a promis de faire quelque chose si la pétition dépasse les 5000 signatures. Il n’aura fallu que 4 jours pour les obtenir. La suite la plus probable serait que le directeur de la CIA ou de la NSA mette son veto. Comme cela avait été le cas quand M. Bush Senior directeur de la CIA avait refusé à Jimmy Carter alors nouveau Président des Etats-Unis (1977) de lui remettre les informations demandées sur les phénomènes extraterrestres. Il lui a simplement répondu que cela ne le regardait pas !!!

Que va répondre le fraîchement nommé Général David Petraeus ? Je n’ai que peux d’espoir de voir révélé au monde 60 ans de magouilles diplomatiques entre Humains et E.T..

Enfin c’est un nouvel espoir de voir un peu de vérité nous éclabousser. Pauvre aveugles que nous sommes maintenus dans l’ignorance par une poignée de « creeps », veront nous un jour la lumière ?

Le lien vers le site de la Maison Blanche :

https://wwws.whitehouse.gov/petitions/!/petition/formally-acknowledge-extraterrestrial-presence-engaging-human-race-disclosure/wfYDlmlG?utm_source

« Je pose symboliquement ma main contre votre poitrine pour vous exprimer mon amitié. » (NABGAA 112 fille de DORIO34, extrait des Lettres Ummites)

Première nuit d’observation, premier O.V.N.I. (suite II) Premières Recherches

Une amie, surfeuse du net a trouvé cette photo et je suis resté scotché : cela ressemble étrangement à l’ombre que j’ai vu lors de mon observation dans la nuit du 10 septembre 2011. A vous de juger.

Peut-être est-ce un fake je ne sais pas mais c’est troublant !

Désolé je n’ai pas plus à vous offrir pour l’instant. Je développe une théorie pour expliquer ce que j’ai vu. En effet, une grande question demeure : était-ce l’objet que j’ai vu ou bien l’ombre portée de l’objet sur la Lune ? Il me faut encore rechercher comment évaluer dans un premier temps l’une et l’autre de ces possibilités. Mon pauvre cerveau aura besoin de temps pour assimiler tous les paramètres. Tout particulièrement comment deviner la taille et la position d’un objet par rapport à son ombre. Et là je me retrouve avec deux inconnus qui me bloquent dans mes calculs et m’obligent à partir de postulas. Ce qui ne me convient guère. Les distances dans l’espace n’étant pas calculables en Kilomètre (trop de Zéros) j’ai peur des valeurs que je risque de trouver. Je n’y connais pas grand-chose et cela me demande beaucoup de temps pour assimiler les bases qui me permettront de sortir quelque chose de réaliste (astronomiquement parlant). Bref sans l’aide de personnes calées dans le domaine je vais avoir besoin de beaucoup de patience et de volonté pour mener ce projet à bout.

Je ne manquerai pas de vous tenir informé de toute nouvelle information pertinente qui me parviendrait.

 

« Je pose symboliquement ma main contre votre poitrine pour vous exprimer mon amitié. » (NABGAA 112 fille de DORIO34, extrait des Lettres Ummites)

La Science des Extraterrestres – Eric Julien

 2011-09-26 - Liv - La Science des Extraterrestres - Eric Julien - Couverture

Présentation de l’éditeur :

Voici enfin l’ouvrage événement qui apporte la solution aux mystérieux Ovnis ainsi qu’aux phénomènes paranormaux. Après plus d’un demi-siècle d’investigations, Eric Julien apporte – enfin – une solution globale et scientifique au plus grand défi qui ait été lancé à la science ! Pour lui, la nature fractale du temps et ses trois dimensions conduisent à l’émergence d’une théorie globale révolutionnaire : la Relativité Absolue ! Scientifiques, mais à la portée du grand public, les explications contenues dans ce livre événement, sont d’une rigoureuse précision. Elles nous éclairent sur les errements de la science et offrent une authentique compréhension de la technologie des extraterrestres que l’auteur appelle ExtraTemporels. D’une prodigieuse cohérence, tant pour les phénomènes inexpliqués par la science moderne à l’échelle des galaxies qu’à celle des atomes, cet ouvrage explique toutes les situations étranges: antigravitation, propulsion des Ovnis, enlèvements par des extraterrestres, formation des crop circles, phénomènes lumineux étranges, poltergeists, fantômes, survie post mortem et autres voyages dans le temps. Tous ces phénomènes s’expliquent par un concept unique. Ayant fait l’objet d’une étrange omerta parce qu’il dérangeait certains milieux, cet ouvrage engendrera, à n’en pas douter une révolution philosophique. L’auteur fut élève pilote de chasse, contrôleur aérien militaire, pilote de biréacteurs dans l’aviation d’affaires, chef d’escale en compagnie aérienne et cadre d’exploitation dans les grands aéroports parisiens. Titulaire d’un Diplôme d’Études Supérieures Spécialisées en Sciences Economiques sur les nouvelles technologies, il a suivi une formation de directeur d’aéroports internationaux à l’École Nationale de l’Aviation Civile. Il affirme avoir eu des contacts avec les extraterrestres et partage dans cet ouvrage sa compréhension de l’univers.
 

De mon point de vue :

Ce livre, (que je n’ai pas réussi à lire en une semaine… il faut dire que si on a pas une bonne connaissance au moins mathématique…) est expliqué une vision très spéciale du temps, par rapport à "l’image" que l’on s’en fait dans notre société. Le temps 3D est développé à l’aide de très bons exemples et bien documenté grâce à de nombreux graphiques et schémas. On y retrouve également plein de réponses à des tas de questions que je ne vais pas développer ici. en tout cas à lire et à mettre entre toutes les mains assez calées en physique, mathématiques et en sciences en générale !

Points positifs

Un super exposé bien documenté

Un livre débordant de tableaux et schémas clairs

Points négatifs

Difficile de lire plus de 30 pages d’une traite tellement le texte est dense et fourmille de formules mathématiques.

Ma note très personnelle :

6,5/10

BONNE LECTURE !

Giordano Bruno (janvier 1548, Nola – 17 février 1600, Rome) Philosophe italien


Sur la base des travaux de Nicolas Copernic et Nicolas de Cues, il montre, de manière philosophique, la pertinence d’un univers infini, peuplé d’une quantité innombrable de mondes identiques au nôtre. Accusé d’hérésie par l’Inquisition, notamment pour ses écrits jugés blasphématoires et son intérêt pour la magie, il est condamné à être brûlé vif au terme de huit années de procès.

Bruno, baptisé Filippo, naît en janvier 1548 à Nola près de Naples, d’une famille aux revenus modeste. Il reçoit une instruction imprégnée d’humanisme, d’auteurs classiques, d’étude de la langue et de la grammaire latine. A l’université de Naples il découvre la mnémotechnique, une de ses disciplines d’excellence. Il prend aussi des cours particuliers de philosophie qui le place dans les débats entre platoniciens et aristotéliciens.

Alors essentiellement humaniste, il s’enrichit d’un apport théologique. Le 15 juin 1565, il entre chez les Frères prêcheurs de San Domenico Maggiore, prestigieux couvent dominicain pour la qualité des titres qu’il attribue et précieux refuge en ces temps de famine ou d’épidémie. Il y rencontre un maître en métaphysique : Giordano Crispo, dont il adoptera le prénom en guise d’hommage. Dominicain modèle il est ordonné prêtre en 1573.

En juillet 1575 il devient lecteur en théologie. Même s’il continue sa carrière de dominicain modèle, Bruno cache au fond de lui une rébellion contre les barrières théologiques. Il a su se forger une culture éclectique et hors norme grâce, entre autre à sa capacité de mémorisation. Adepte des œuvres d’Érasme, de l’hermétisme et de la magie, il se découvre une passion pour la cosmologie (hors de l’approche théologique).

Dès sa première année de noviciat, il avait ôté des images saintes de sa chambre s’attirant l’accusation de profanation du culte de Marie. Les heurts deviennent de plus en plus durs, surtout au sujet de la Trinité qu’il repousse. On l’accuse d’avoir lu et étudié des livres interdits. En février 1576, une instruction est ouverte à son encontre pour le déclarer hérétique.

Il doit fuir et abandonner les dominicains.

Bruno espère rester en Italie. Il survit, de 1576 à 1578, il donne des leçons de grammaire ou d’astronomie, mais en marge il doit fréquemment changer de villes (Gênes, Noli, Savone, Turin, Venise, Padoue, Brescia, Naples) qui abritent ses doutes et ses recherches. Durant cette période, il ne publiera qu’un ouvrage : De’ segni de tempi (Des Signes du temps).

Cette condition, l’amène à s’exiler dans le Comté de Savoie, à Chambéry, puis dans la Genève calviniste. Son intégration chez les Evangélistes ne durera pas et il fut même emprisonné et excommunié le 6 août 1578 à cause d’une contestation sur la compétence d’un des membres de la communauté, le professeur de philosophie Antoine de la Faye.

Il part en France et rejoint Lyon, puis Toulouse, ville d’un dogme catholique le plus intègre. Ce pendant, il parvient à enseigner deux ans durant, et obtient le titre de magister artium (maitre ès-arts) et la fonction de « professeur ordinaire » altérnant entre physique et mathématiques. Henri III Intéressé par l’ouvrage publié par Bruno sur la mnémotechnique : Clavis Magna est impressionné par la mémoire colossale de Bruno. Il le fait venir à la cour et devient son protecteur jusqu’en 1583, offrant ainsi cinq années de paix et de sécurité à Bruno.

Philosophe attitré de la cour, Henri III lui octroie une chaire de « lecteur extraordinaire et provisionné » au Collège des lecteurs royaux. Le discours de Bruno s’adoucit, et face aux tensions religieuses, en adoptant plus de tolérante.

En 1582, il écrit Candelaio (Le Chandelier), comédie satirique sur son temps.

Puis en avril 1583, Bruno va en Angleterre, à Londres puis à Oxford, où il n’est pas bien reçu, précédé par une réputation brillante mais sulfureuse. Ses idées vont à l’encontre de l’église anglicane. Sûr de lui, plein de mépris pour les idées de ses contradicteurs, Bruno consacre deux années à répliquer ; il est alors reconnu comme un philosophe, théologien et scientifique novateur mais impertinent.

En 1584 paraissent La Cena de le Ceneri (Le Banquet des cendres), De la causa, principio, e Uno (La Cause, le principe et l’un), De l’infinito, universo e Mondi (De l’Infini, de l’univers et des mondes). Il y expose sa vision cosmographique audacieuse et révolutionnaire. Il y soutient les thèses coperniciennes du monde, et va au-delà encore en imaginant un univers peuplé d’une infinité de mondes :

« Nous affirmons qu’il existe une infinité de terres, une infinité de soleils et un éther infini. »

1585, de nouveaux ouvrages approfondissent et poursuivent ses audaces avec Spaccio de la Bestia Trionfante (L’Expulsion de la bête triomphante) il s’attaque aux attitudes calvinistes et catholiques. Dans Cabala del cavallo Pegaseo (La Cabale du cheval Pégase), opuscule satirique, il démolit la pensée aristotélicienne. Le livre De gl’ heroici furori (Les Fureurs héroïques) élimine l’idée d’un monde centré, présente un univers où Dieu n’a plus de lieu.
Octobre 1585, Paris, il entreprend une critique serrée d’Aristote, avec Figuratio Aristotelici Physici auditus (Esquisse de la physique aristotélicienne) et Centum et viginti articuli de natura et mundo (120 articles sur la nature et le monde). Mais sa position religieuse se durcit et Henri III ne peut plus le défendre. Une dispute avec Mordente, géomètre associé aux ligueurs qui l’accusent de plagiat au sujet du compas différentiel.

Il s’exile alors en Allemagne en juin 1586. Il est accueillie parl’université de Marbourg puis celle de Wittenberg l’accueillent. A l’automne 1588, après de nouveaux heurts avec sa nouvelle hiérarchie, Giordano Bruno est excommuné de l’église luthérienne.

Il reprend la route mais reste en Allemagne. Ses ouvrages tel que De innumerabilibus, immenso, et infigurabili réexamine sa cosmographie alors que dans De monade numero et figura, Bruno mène une réflexion sur le rapport entre nombres et les figures géométriques ; avec De triplici minimo et mensura, il réflechit sur l’infiniment petit (précurseur des études sur l’atome) ; alors que De imaginum, signorum et idearum compositione (De la composition des images, des signes et des idées), introduit un prodigieux système mnémotechnique, témoignent alors de sa volonté d’organiser sa pensée.

En août 1591 à l’issue d’une dernière expulsion à Francfort, Bruno accepte l’invitation d’un jeune patricien, à Venise, Giovanni Mocenigo. Ils ne s’entendent pas : Bruno revient motivé par l’envie d’être nommé à la chaire de mathématiques de l’université de Padoue, mais Mocenigo attend qu’il lui enseigne la mnémotechnique et l’art d’inventer. Le patricien considère vite qu’il n’en a pas pour son argent, alors que Bruno considère que sa présence est déjà un honneur pour son hôte. Déçu, Bruno veut repartir et froisse Mocenigo, qui commence par le retenir prisonnier et finit par le dénoncer à l’inquisition, le 23 mai 1592. Bruno est arrêté, jeté à la prison de San Domenico di Castello.

Son procès durera huit années, au cours desquelles l’acte d’accusation va évoluer. Le premier acte d’accusation se concentre sur ses positions théologiques hérétiques : le rejet de la transsubstantiation que le concile de Trente vient de confirmer, et du dogme de la Trinité, la négation de la virginité de Marie. Mais ses activités sont déjà relevées : sa pratique de l’art divinatoire, sa croyance en la métempsycose, sa vision cosmologique. Tout au long du procès, l’acte d’accusation ne cessera de croître. Blanchi par les tribunaux vénitiens, Bruno est presque libéré. Cela est sans compter sur la Curie romaine qui engage une nouvelle procédure à son encontre et ceci sur intervention personnelle du pape auprès du doge, Rome obtient l’extradition et Bruno est jugé devant le Saint-Office.

En 1593, dix nouveaux chefs d’accusation sont ajoutés. Bruno subit sept années de procès, ponctuées par une vingtaine d’interrogatoires menés par le Cardinal Robert Bellarmin. Il lui arrive de concéder un geste de rétractation, mais se reprend toujours : « Je ne recule point devant le trépas et mon cœur ne se soumettra à nul mortel. » Le pape Clément VIII somme une dernière fois Bruno de se soumettre, mais Bruno répond : « Je ne crains rien et je ne rétracte rien, il n’y a rien à rétracter et je ne sais pas ce que j’aurais à rétracter. » Le 20 janvier 1600, Clément VIII ordonne au tribunal de l’Inquisition de rendre sa sentence. Le tribunal le déclare hérétique et « devant son extrême et résolue défense », le condamne à être remis au bras séculier pour être puni, selon la formule habituelle, « avec autant de clémence qu’il se pourrait et sans répandre de sang » (« ut quam clementissime et citra sanguinis effusionem puniretur »). À la lecture de sa condamnation au bûcher, Bruno commente : « Vous éprouvez sans doute plus de crainte à rendre cette sentence que moi à la recevoir. ». Le 17 février 1600, il est mis à nu, la langue entravée par un mors de bois l’empêchant de parler et de crier, sur le Campo Dei Fiori et supplicié sur le bûcher devant la foule.

Bruno incarne le combat de la conscience contre le dogmatisme. Tous les livres écrits par Bruno, que les juges purent trouver furent brûlés place Saint-Pierre. Le martyre du philosophe, discrédité par l’église, est le symbole de tous les crimes contre l’esprit. Ce visionnaire, trois fois excommunié, continue d’incarner, quatre cents ans plus tard, la résistance à tous les dogmes .

Sources :

http://fr.wikipedia.org/wiki/Giordano_Bruno

http://www.thereisnogod.info/France/Giordano.html

Devant la foule d’information sur la philosophie, la physique, la cosmologie et bien d’autres sujets et si je trouve le temps et l’énergie je développerai, ultérieurement un post sur la Pensée de Bruno.

« Je pose symboliquement ma main contre votre poitrine pour vous exprimer mon amitié. » (NABGAA 112 fille de DORIO34, extrait des Lettres Ummites)

Première nuit d’observation, premier O.V.N.I. (suite) Premières Conclusions

Résumé de l’affaire :

Lors de mon observation lunaire du 10 au 11 septembre 2011 (vers 3 heures du matin) j’ai remarqué un « objet » de forme oblongue passer en haut de la lune comme dans mon dessin ci-dessous.

Dessin de l'ombre de l'objet aperçu dans la nuit du 10 au 11 septembre 2011

Cela a duré moins de une à deux secondes.

Ma question était la suivante :

« Etait ce un avion, un satellite, un insecte, une aberration due à mon télescope ou autre chose…?

J’ai obtenu quelques réponses :

Un avion ? Non, car j’aurais du voir les flash et lumières de l’appareil.
Un satellite ? Peut-être, mais peut probable, car un satellite aurait été très brillant de part sa surface réfléchissante et n’aurait pas été une ombre.
Un insecte ? Ce n’est pas possible : je ne pouvais pas en voir par mon télescope.
Une aberration ? Vue la forme précise de l’ombre que j’ai vu cela ne peut être imputé à la médiocre qualité optique de mon télescope.

La seule possibilité restante : un débris (hélas il y en a beaucoup qui traînent dans l’espace) mais il aurait du être bien gros !!!
En bref le mystère plane toujours… Mais la théorie du P.A.N. commence à pointer le bout de son nez…

J’ai horreur de ne pas comprendre !!!

Si quelqu’un tombe un jour sur ce post et qu’il sait ce que représente cette forme que j’ai vu à contre jour de la lune qu’il veuille bien me laisser un commentaire. Je ne manquerai pas de compléter ce post si j’apprends quelque chose à ce sujet.

« Je pose symboliquement ma main contre votre poitrine pour vous exprimer mon amitié. » (NABGAA 112 fille de DORIO34, extrait des Lettres Ummites)

Première nuit d’observation, premier O.V.N.I.

Materiel utilisé :

- Télescope Seben Big Boss 1400/150
– Oculaire de 25 mm
– Aucun filtre

Je viens de faire, depuis peu, l’acquisition d’un télescope de type Newton. Heureux de voir que la lune était dégagée dans la nuit du 10 au 11 septembre 2011 (vers 3 heures du matin) je mets en station mon télescope sur le balcon et pointe en direction de notre bon vieux satellite.
Après quelques minutes de délectation à observer les cratères et anfractuosités de la lune (Ndr : dans la configuration choisie le télescope permet de voir la lune en entier dans l’oculaire) je fais quelques réglages à fin de passer à un oculaire de 6,5 mm quand je vois un « objet » de forme oblongue passer en haut de la lune (Ndr : ce qui était le bas pour moi puisque je regardais dans mon télescope), comme dans mon dessin ci-dessous.

Dessin de ce que j'ai vu au télescope dans la nuit du 10 au 11 septembre 2011

 

Cela a duré moins de une à deux secondes.

Etant novice en astronomie je n’ai aucune idée de ce que cela peut bien être et je ne peux écarter aucune piste. Etait-ce un avion, un satellite, un insecte, une aberration due à mon télescope ou autre chose…?

Dessin de l’ombre de l’objet apperçu dans la nuit du 10 au 11 septembre 2011

Si quelqu’un tombe un jour sur ce post et qu’il sait ce que représente cette forme que j’ai vu à contre jour de la lune qu’il veuille bien me laisser un commentaire. Je ne manquerai pas de compléter ce post si j’apprends quelque chose à ce sujet.

« Je pose symboliquement ma main contre votre poitrine pour vous exprimer mon amitié. » (NABGAA 112 fille de DORIO34, extrait des Lettres Ummites)