Paris au XXème Siècle – Jules Verne

Paris au XXème Siècle Présentation de l’éditeur :

Paris, 1960 : une métropole splendide, étincelante d’électricité, reliée à la mer par un gigantesque canal, sillonnée d’autos et de métros silencieux. Tel est le monde fascinant qu’ont forgé, conjuguant leurs efforts, la Finance et la Technique. Pourtant, cet avenir radieux a son envers. Seuls quelques marginaux, méprisés, bientôt vaincus par la misère et la faim, persistent dans le culte de l’Art et de la Poésie, tandis qu’un état omniprésent organise la distribution du savoir scientifique. Composé avant les « Voyages extraordinaires », refusé par l’éditeur Hetzel, ce roman aura attendu cent trente ans avant de revoir le jour. Surprenant par la pertinence de son information scientifique, il vaut aussi et surtout par l’acuité de son analyse des intrications de l’économie, de la technique et de la politique. Une vision ambiguë qui fait justice de l’image d’un Jules Verne chantre béat du Progrès. Et d’abord un roman prenant, coloré, où le grandiose se teinte volontiers d’un humour des plus sombres.

De mon point de vue :

Paris au XXe siècle est un roman de Jules Verne, écrit en 1863. L’éditeur habituel de M. Verne Hetzel avait refusé ce roman. Ce n’est qu’en 1994 que Hachette publie cette œuvre.
L’histoire d’un jeune homme, Michel, lauréat d’un prix de poésie latine, dans le monde de 1960 où la littérature, la musique, la peinture sont méprisées et la science plébiscitée. Dans cette œuvre le jeune Jules Verne fait montre de beaucoup de pessimisme (ou de claire voyance).
Jules Verne crée un monde si futuriste que ce roman ne semble pas avoir été écrit en 1863. On y trouve des métros propulsés grâce à l’air comprimé, des photocopieuses des instruments ressemblant à nos ordinateurs mais aussi des voitures à hydrogène ! Jules Verne semble voir notre présent : augmentation du trafic motorisé, formation des banlieues, la fin de l’enseignement du grec et du latin dans nos écoles et l’influence de l’anglais sur le français.
Il imagine que les « hommes-machines travailleront dans des bureaux kafkaïens » et que « la seule idéologie de l’homme moderne sera le profit ». À travers l’ironique dont fait preuve son héros, Jules Verne nous montre un visage cynique et critique de notre société qui mène à l’aliénation et à la surveillance totale de l’individu par les machines (n’est ce pas déjà le cas dans notre vie quotidienne) qui arrêtent les voleurs, prononcent et exécutent la sentence.
Pour moi ce roman que je qualifierais plus de nouvelle se lit d’une traite. On se sent malheureux pour ce pauvre poète réduit à faire ce qu’il n’aime pas dans un monde qui ne l’aime pas. Mais on dévore chaque idée que développe Jules Verne. Ce roman de science-fiction et d’anticipation est à mettre dans toutes les mains. A ne pas manquer !
Points positifs

Un super exposé bien documenté

Un livre débordant de tableaux et schémas clairs

Points négatifs

Il est trop court.

Ma note très personnelle :

8/10

SUPER LECTURE !

Une réponse à “Paris au XXème Siècle – Jules Verne

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s