Le Temps : il est relativement temps de le comprendre

Je vais tenter d’aborder avec vous ma vision du Temps basées sur des théories qui commencent à prendre de plus en plus de poids dans les milieux scientifiques (j’y ajoute également quelques pistes que je pense intéressantes). Nous verrons que le Temps a une densité variable et un aspect fractal. Il faut bien comprendre que dans notre univers tout est vibration. Nous verrons également que le Temps s’écoule à des vitesses différentes et qu’il n’est donc pas absolu (fini le Temps linéaire de nos horloges).

Comme nous pouvons le lire dans le livre « La Science des Extraterrestres » d’Eric Julien, le Temps s’écoule par paquets de quanta de Temps aussi appelés chronons. Ces paquets sont plus ou moins denses et se déplacent le long des objets, des mouvements et des ondes. Le Temps peut-être visualisé et calculé grâce aux fractales.

La quantité de chronons dépend de la fréquence et de l’amplitude de l’onde du Temps. La densité de ces chronons représente un espace-temps.

Il est également dit dans ce livre que l’espace écarte le Temps donc les chronons entre eux puisqu’ils sont la « substance » du Temps.

Plus il y a d’espace entre les chronons qui forment l’onde de notre espace-temps plus nous ressentons le Temps qui passe. Mais il n’y a pas de vide entre deux chronons juste d’autres chronons à une autre échelle. Ce qui apparait comme une population à un niveau apparait comme un individu à un autre (la population des chiens devient un individu au niveau des autres espèces ; l’individu homme est constitué de la population boyaux, l’individu boyau est constitué de la population cellules, …).

Le Temps est donc clairement une structure fractale.

Tout est énergie, même le Temps, l’Homme et tout ce qui est (lumière couleur, son, …). Notre pensée elle-même produit des ondes et comme l’a fait remarqué Joël de Rosnay (Directeur de la Prospective et de l’Evaluation Cité des Sciences et de l’Industrie) dans l’ouvrage « L’homme Symbiotique« , paru en 1995 aux Editions du Seuil.

« Il semble que la densité des informations, sorte de  » masse critique informationnelle « , crée une  » bulle temporelle  » ayant des constantes d’évolution propres. De même que la masse d’une étoile  » courbe » l’espace-temps, ainsi que le montre la théorie de la relativité, une masse critique d’information de très haute densité – résultant de multiples interactions, traitements parallèles et réseaux ramifiés de communication –  » densifie  » le Temps. »

Ce petit paragraphe devrait faire froid dans le dos de beaucoup de scientifiques qui n’attribuent pas de lien entre la pensée et le réel et pourtant les ondes influent sur l’espace-temps donc les ondes émises par le cerveau influent sur la réalité des choses. (Il est grand Temps de faire le ménage des idées erronées au sein de la communauté scientifique) Il devient finalement concevable de croire en la force de la prière collective, universelle (je ne suis pas religieux pour un sous mais je crois en la force de la pensée canalisée).

Nous pouvons déjà courber, modeler la lumière pour obtenir une onde lumineuse spécifique (infrarouge par exemple). Alors comme la lumière et le Temps sont énergie il devient plus que conservable que la courbe du Temps soit modifiable.

Il faut donc se focaliser sur les vecteurs de forces capables de modifier la structure même de l’onde temporelle. Le seul « objet », connu, capable de faire cela est un trou noir.

Dans un trou noir les ondes sont compressées, compactées. Il en va ainsi pour la lumière, le son et bien sur le Temps.

Cette compression de l’onde temporelle entrainerait donc un rapprochement des chronons qui se retrouveraient agglutinés les uns aux autres créant ainsi des liens entre les chronons qui étaient à l’origine éloignés par le vecteur de la courbe de l’onde du Temps. Ainsi le passage d’une crête de l’onde à une autre deviendrait possible sans avoir à passer par tous les chronons intermédiaires. Ceci serait un voyage temporel à travers un trou de vers dans l’hypothèse ou l’onde temporelle puisse revenir à son état d’origine après la compression. Car dans un trou noir passé, présent et avenir se confondent pour un observateur.

Mais quid de la distance ? En pratiquant ainsi voyagerions-nous à travers le Temps sans avoir bougé lorsque la courbe reprendrait sa vectorisation primale ? Ou aurions nous également vécu un déplacement spatial ? En d’autre mot : Est-ce un voyage dans le Temps ou un voyage spatio-temporel ?

Mon opinion serait que nous aurions pratiqué un voyage spatio-temporel. En effet lors de la contraction de l’onde temporelle toutes les autres ondes se contractes de la même manière sinon notre vision de la réalité serait complètement déformée et l’unité de Temps que nous utilisons sur terre ne pourrait pas être régulière.

On pourrait même se demander si l’onde du Temps ne serait pas simplement une moyenne de toutes les ondes, une harmonie.

Prenons un son, émis par un hautparleur, il est produit par une certaine fréquence ainsi nous pouvons voir une courbe sur un oscilloscope, ajoutons un deuxième son, émis par un deuxième hautparleur, d’une fréquence différente, une courbe différente apparait sur un oscilloscope. La combinaison de ces deux sons enregistrés par un micro sur un troisième oscilloscope nous montre une troisième courbe. Cette courbe n’a pas d’origine définie à contrario des deux premières qui ont pour origine les hautparleurs. Elle est la synthèse, l’harmonie des deux sons. Il en va probablement de même pour le Temps qui est l’harmonie de toutes les ondes.

Ici l’explication ne peux pas être complète car dans cet exemple la courbe du son harmonique ne peut être modifiée qu’en modifiant l’un ou l’autre des deux premiers sons. On ne peut modifier, dans cet exemple, les ondes des deux premiers par le truchement de l’onde d’harmonie alors que l’onde du Temps agie autant sur les autres que les autres agissent sur elle. (Il n’y a pas de lumière sans Temps et il n’y a pas de Temps sans lumière. Ou encore, il n’y a pas de mouvement d’onde sans Temps et il n’y a pas de Temps sans mouvement d’onde)

Ainsi lorsqu’on contracte l’onde du Temps l’onde de lumière se contracte en parallèle. Notre perception des distances est soumise aux ondes du Temps et de la lumière. En effet ce rapport existe déjà dans nos calculs : rapport Temps distance pour la vitesse par exemple, en sachant que la distance n’est calculable que grâce à la lumière.

Le calcul du Temps peut-être vu comme un calcul statique dans sa structure mais toutes les ondes sont des variables donc le Temps varie en conséquence. Une courbure de la lumière entraine donc une courbure du Temps donc un ralentissement ou encore un agglutinement de chronons, le Temps passe donc plus lentement.

Voila quelques nouvelles du Temps qui passe mais qui ne se ressemble pas. Pour conclure il faut donc savoir que le voyage spatio-temporel est faisable en théorie que le Temps est soumis aux ondes et qu’il est une onde lui-même. Il faut bien comprendre également que nous sommes soumis à ses variations que nous ne percevons pas étant baignés dedans mais que nous agissons sur ces variations.

Si vous êtes arrivés à ce point de la lecture c’est que vous portez un grand intérêt à ce sujet et je serai très content de recevoir vos commentaires et d’y répondre. Je vous remercie pour le temps que vous avez passé à me lire ou que vous avez perdu tout dépends de votre espace-temps ;-)

« Je pose symboliquement ma main contre votre poitrine pour vous exprimer mon amitié. » (NABGAA 112 fille de DORIO34, extrait des Lettres Ummites)

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s